Informations

L'intervalle de l'image de l'œil est-il actualisé ?

L'intervalle de l'image de l'œil est-il actualisé ?



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

On sait que l'œil humain prend 24 images par seconde. Mais est-ce que cela rafraîchit? Par exemple après avoir dormi.

Ou sera-ce toujours le même intervalle ?

Je parle du moment où l'œil prend les images. Il y a donc 24 images dans la seconde, mais cette seconde n'est pas définie. Il peut commencer à 09:00:00.00 ou 09:00:00.50. Est-ce que cela changera après avoir dormi ?

J'espère que ce dont je parle est clair.


Les yeux humains ne prennent pas 24 images par seconde. Rafraîchissement effectué en parallèle, chaque pixel séparément, et le taux dépend du taux de changement de couleur.

Ainsi, le travail de l'œil est plus proche de l'encodage MPEG que de l'AVI non compressé.


Le flou de mouvement pendant le suivi de poursuite améliore l'acuité spatiale de l'intervalle

L'étendue du flou perçu produit par une image rétinienne en mouvement est moindre lorsque le mouvement de l'image se produit pendant les mouvements oculaires de poursuite par rapport à la fixation. Cette étude a examiné l'effet de cette perception réduite du flou de mouvement pendant la poursuite sur l'acuité spatiale de l'intervalle. Les observateurs ont jugé pendant la poursuite à 4 ou 8 degrés/s si la séparation horizontale entre deux lignes stationnaires était plus grande ou plus petite qu'une norme. Trois séparations de lignes différentes ont été testées pour chaque vitesse de poursuite. Chaque observateur a également effectué ces jugements pendant la fixation, pour des stimuli à intervalle spatial qui se déplaçaient avec la même moyenne et la même déviation standard des vitesses que la distribution des vitesses oculaires pendant la poursuite. L'acuité spatiale était meilleure pendant la poursuite que la fixation pour les séparations de ligne petites ou intermédiaires. Les résultats indiquent qu'une réduction du flou de mouvement perçu lors des mouvements oculaires de poursuite peut conduire à une amélioration des performances visuelles.

Points forts

► Le flou perçu produit par le mouvement de l'image rétinienne est moindre lors de la poursuite que lors de la fixation. ► L'acuité spatiale des cibles en mouvement est meilleure pendant la poursuite que la fixation. ► L'acuité spatiale dépend de l'étendue du flou de mouvement perçu.


L'œil est une caméra vivante

L'œil est essentiellement une caméra vidéo vivante d'une sensibilité extraordinaire. Comme tout bon appareil photo artificiel, l'œil a un intérieur noir pour empêcher la diffusion de la lumière, et un objectif à mise au point automatique et un diaphragme réglable pour contrôler la lumière. Et comme les appareils photo numériques modernes les plus sophistiqués, l'œil possède une couche sensible à la lumière (la rétine) qui peut s'adapter à une large gamme de luminosité.

Mais contrairement à tout appareil photo fabriqué par l'homme, la rétine peut modifier automatiquement sa sensibilité à la luminosité sur une plage de dix milliards à un ! Les cellules photosensibles de la rétine (photorécepteurs) peuvent percevoir une gamme de lumière, de la neige brillante au soleil à un seul photon (la plus petite unité de lumière). L'œil a également l'étonnante capacité de s'assembler et de se réparer lui-même, contrairement aux caméras artificielles.

Dans cet épisode de sa série Un ensemble de preuves, le Dr David Menton enseigne la conception remarquable de l'œil humain.


Percevoir le mouvement

Venons-en maintenant à quelques chiffres. La première chose à laquelle il faut penser est la fréquence de scintillement. La plupart des gens perçoivent une source de lumière vacillante comme un éclairage constant à un taux de 50 à 60 fois par seconde, ou hertz. Certaines personnes peuvent détecter un léger scintillement dans une ampoule fluorescente à 60 Hz, et la plupart des gens verront des taches scintillantes sur leur vision s'ils font un mouvement oculaire rapide en regardant les feux arrière à LED modulés que l'on trouve dans de nombreuses voitures modernes.

Mais cela n'offre qu'une partie du puzzle lorsqu'il s'agit de percevoir des séquences de jeu fluides et fluides. Et si vous avez entendu parler d'études sur des pilotes de chasse dans lesquelles ils ont démontré une capacité à percevoir une image flashée à l'écran pendant 1/250e de seconde, ce n'est pas non plus ce qu'est la perception d'images fluides et fluides de jeux informatiques. . C'est parce que les jeux produisent des images animées et invoquent donc des systèmes visuels différents de ceux qui traitent simplement la lumière.

Par exemple, il y a cette chose qui s'appelle . &ldquoEn gros, c'est l'une des rares lois de la perception», me dit le professeur Thomas Busey, directeur du département associé au Département des sciences psychologiques et cérébrales de l'Université de l'Indiana. Il dit qu'il y a un compromis entre l'intensité et la durée d'un éclair de lumière d'une durée inférieure à 100 ms. Vous pouvez avoir une nanoseconde de lumière incroyablement brillante et cela ressemblera à un dixième de seconde de lumière tamisée. &ldquoEn général, les gens ne peuvent pas distinguer les stimuli courts, brillants et longs et faibles dans un dixième de seconde de durée,», dit-il. C'est un peu comme la relation entre la vitesse d'obturation et l'ouverture dans un appareil photo : en laissant entrer beaucoup de lumière avec une grande ouverture et en réglant une vitesse d'obturation courte, votre photo sera aussi bien exposée qu'une prise en laissant une petite quantité de lumière avec une ouverture étroite et en définissant une vitesse d'obturation longue.

Mais alors que nous avons du mal à distinguer l'intensité des flashs de lumière inférieure à 10 ms, nous pouvons percevoir des artefacts de mouvement incroyablement rapides. &ldquoIls doivent être très spécifiques et spéciaux, mais vous pourriez voir un artefact à 500 fps si vous le vouliez,&rdquo DeLong me dit.

La spécificité concerne la façon dont nous percevons les différents types de mouvement. Si vous êtes assis immobile et que vous regardez des choses bouger devant vous, c'est un signal très différent de la vue que vous obtenez lorsque vous marchez. &ldquoIls se concentrent sur différents endroits,&rdquo DeLong dit. &ldquoLa partie médiane de votre vision, la région fovéale, qui est la plus détaillée, est en fait à peu près inutile lorsqu'il s'agit de détecter un mouvement, donc si vous regardez des choses bouger au milieu de l'écran, ce n'est pas si grave quel est le taux de rafraîchissement, vous ne pouvez pas le voir avec cette partie de votre œil.&rdquo

Mais à la périphérie de nos yeux, nous détectons incroyablement bien le mouvement. Avec un écran remplissant leur vision périphérique qui se met à jour à 60 Hz ou plus, de nombreuses personnes rapporteront qu'elles ont le fort sentiment de bouger physiquement. C'est en partie pourquoi les casques VR, qui peuvent fonctionner dans la vision périphérique, se mettent à jour si rapidement (90 Hz).

Cela vaut également la peine de considérer certaines des choses que nous faisons lorsque nous jouons, disons, à un jeu de tir à la première personne. Nous contrôlons en permanence la relation entre le mouvement de notre souris et la vue dans une boucle de rétroaction motrice perceptive, nous naviguons et nous nous déplaçons dans l'espace 3D, et nous recherchons et suivons également des ennemis. Nous mettons donc continuellement à jour notre compréhension du monde du jeu avec des informations visuelles. Busey dit que les avantages d'images fluides et rapidement rafraîchissantes proviennent de notre perception du mouvement à grande échelle plutôt que des détails fins.

Mais à quelle vitesse pouvons-nous percevoir le mouvement ? Après tout ce que vous avez lu ci-dessus, vous pouvez probablement deviner qu'il n'y a pas précis réponses. Mais il existe des réponses définitives, comme celle-ci : vous pouvez très certainement percevoir la différence entre 30 Hz et 60 Hz.


Délai entre l'exposition au rayonnement électromagnétique et la réponse dans la lentille

Le délai entre l'exposition au rayonnement électromagnétique et la réponse dans le cristallin renseigne sur la conséquence biologique de l'absorption d'énergie électromagnétique (Figure 3).

Modèle pour le délai entre l'exposition au rayonnement électromagnétique et la réponse dans la lentille. En règle générale, les dommages induits par l'augmentation globale de la chaleur sont exprimés immédiatement après l'exposition, tandis que le chauffage local de l'ordre du micromètre et les dommages photochimiques sont exprimés avec un début retardé en fonction de la réponse biologique. Les dommages photochimiques peuvent se cumuler à des dommages d'apparition tardive.

Un début immédiat de cataracte après l'exposition se produit si l'événement d'absorption moléculaire a un impact considérable sur le cristallin. S'il y a un court délai d'apparition de la cataracte, généralement dans l'intervalle (jours <1 semaine), une expression biologique de l'événement d'absorption moléculaire primaire est nécessaire pour que la cataracte se développe. S'il y a un début tardif de la cataracte, >week, les dommages ne sont exprimés que lorsque suffisamment d'événements d'absorption moléculaire sont accumulés en relation avec la réparation biologique. En règle générale, les données expérimentales sur un risque potentiel d'UV ou de proche IRR dans le cristallin sont dérivées de l'observation de dommages immédiats et à court délai. Les données expérimentales tardives sont rares. La stratégie épidémiologique se concentre sur l'association de facteurs de risque potentiels à la cataracte d'apparition tardive.


Pour voir les résultats de mesure du diagramme de l'œil, les statistiques et les options suivantes du diagramme de l'œil :

Dans la barre d'outils Paramètres, cliquez sur l'onglet Mesure des paramètres

Les boutons suivants bordent le haut de l'onglet Mesures des paramètres (affichés dans un cercle rouge ci-dessous - de gauche à droite) :

1. Masquez l'histogramme et remesurez les paramètres de l'œil - Cliquez pour actualiser les résultats.

2. Dessiner les nuances de couleur des yeux - Cliquez pour afficher les motifs les plus denses en rouge, puis en jaune, puis en vert clair, puis en bleu foncé (le moins dense).

3 à 8   (non disponible pour le signal PAM4) Afficher les histogrammes et les dimensions de la façon dont les mesures sont effectuées :

Amplitude, hauteur, largeur, gigue, temps de montée, temps de chute.

Signal à 2 niveaux (PAM2)

Amplitude de l'œil tracée sur le diagramme de l'œil sélectionné.

Valeur moyenne des zéros logiques

Valeur moyenne des uns logiques

Valeur moyenne des uns et des zéros logiques

Différence entre les valeurs moyennes de l'histogramme 1 logique et 0 logique.

Diagramme d'ouverture verticale de l'œil

Diagramme d'ouverture verticale de l'œil

Diagramme d'ouverture horizontale de l'œil

Rapport entre la hauteur des yeux et l'amplitude des yeux

Rapport de la différence de signal en 1 logique à 0 logique par rapport au bruit présent aux deux niveaux.

Distorsion du cycle de service oculaire

Séparation temporelle entre le front montant et le front descendant au seuil de 50 % (milieu) du diagramme de l'œil.

Distorsion du cycle de service oculaire (en %)

Pourcentage de distorsion du cycle de service

Temps de transition moyen des données sur la pente ascendante (front montant).

Temps de transition moyen des données sur la pente descendante (front descendant).

Variations temporelles entre les fronts montant et descendant. Ces bords affectent le point de croisement de l'œil. PP = pleine largeur de l'histogramme au point de croisement du diagramme de l'œil.

Variations temporelles entre les fronts montant et descendant. Ces bords affectent le point de croisement de l'œil. RMS = écart type de l'histogramme au point de croisement du diagramme de l'œil.

Signal à 4 niveaux (PAM4)

Cliquez sur un paramètre pour afficher le résultat sur le tracé

Valeur moyenne des zéros logiques

Valeur moyenne des uns logiques

Valeur moyenne des deux logiques

Valeur moyenne des trois logiques

Amplitude de gigue en RMS des zéros de niveau

Amplitude de gigue en RMS des niveaux

Amplitude de gigue en RMS de niveau deux

Amplitude de gigue en RMS de niveau trois

Amplitude de gigue crête à crête des zéros de niveau

Amplitude de gigue crête à crête des niveaux

Amplitude de gigue crête à crête des niveaux deux

Amplitude de gigue crête à crête des niveaux trois

Temps d'inclinaison du niveau trois

Temps de décalage entre les niveaux zéros et les niveaux uns

Temps de décalage entre le niveau un et le niveau deux

Temps de décalage entre le niveau deux et le niveau trois

Temps d'inclinaison des yeux entre les niveaux zéro et les niveaux

Temps d'inclinaison des yeux entre le niveau un et le niveau deux

Temps d'inclinaison des yeux entre le niveau deux et le niveau trois

Ouverture verticale des niveaux zéros et des niveaux uns

Ouverture verticale des niveaux 1 et 2

Ouverture verticale des niveaux deux et trois

Ouverture horizontale des niveaux zéros et des niveaux uns

Ouverture horizontale des niveaux 1 et 2

Ouverture horizontale des niveaux deux et trois

Linéarité RLM (Ratio Level Mismatch) entre les quatre niveaux d'amplitude (0, 1, 2, 3) d'un diagramme oculaire PAM4. La linéarité est une mesure de la variance de la séparation d'amplitude (distribution) entre les différents niveaux PAM4.

Niveau de bruit aléatoire des zéros de niveau

Niveau de bruit aléatoire des niveaux

Niveau de bruit aléatoire de niveau deux

Niveau de bruit aléatoire de niveau trois

Gigue totale des zéros de niveau

Gigue totale des niveaux

Gigue totale du niveau deux


Test sur le terrain Panasonic FZ300

En 2012, Panasonic a sorti la caméra bridge FZ200, puis en octobre dernier, un peu plus de trois ans plus tard, Panasonic a sorti la FZ300. Au cours de ces trois années, certaines choses sont restées les mêmes entre ces deux modèles, comme le capteur et l'objectif, mais beaucoup d'autres choses ont changé, comme les performances de mise au point automatique et les fonctionnalités vidéo. Non seulement cela, mais le corps de la caméra lui-même a subi une refonte. En fin de compte, le FZ300 ne vous épatera pas avec sa puissance de résolution ou ses capacités de zoom, mais c'est un appareil photo tout-en-un polyvalent qui, dans l'ensemble, fait presque tout bien.

Principales caractéristiques

  • Capteur 12,1 mégapixels 1/2,3 pouces
  • Objectif équivalent à 25-600 mm f/2.8 de marque Leica
  • Corps de caméra nouvellement conçu
  • Stabilisation d'image optique hybride à cinq axes Plus
  • Plage 100-6400 ISO
  • Vitesses d'obturation aussi rapides que 1/16 000 s
  • Enregistrement vidéo 4K jusqu'à 30 ips
  • Modes photo 4K

Sensation de reflex avec un design solide

Construit de la même manière qu'un reflex numérique, le FZ300 est loin d'être compact. Ce qui lui manque en termes de mobilité, il le compense par sa polyvalence et sa qualité de construction globale. Ce successeur du FZ200 a un boîtier d'appareil photo entièrement repensé et comprend même une protection contre les intempéries. Par rapport à son prédécesseur, le FZ300 de 24,4 onces (691 grammes) est un peu plus gros et pèse 3,6 onces (un peu plus de 100 grammes) de plus. La poignée avant est légèrement plus grande et le corps est légèrement plus grand. L'ergonomie de la poignée avant a également changé, rendant l'appareil photo plus confortable à tenir.

D'autres améliorations apportées au boîtier de l'appareil photo incluent des améliorations à la fois de l'écran arrière et du viseur électronique. L'écran tactile arrière de 3" a une résolution plus élevée, maintenant 1 036 800 points et est globalement plus lumineux. J'ai trouvé que l'écran fonctionnait bien, en particulier avec ses capacités d'inclinaison et de pivotement. Là où le FZ200 n'avait qu'un grossissement de 0,46x pour son EVF, le FZ300 L'EVF a un grossissement de 0,7x. Le viseur OLED de 0,39" a une très belle image et est net (il a 1440K points). J'ai trouvé que c'était un très bon viseur électronique qui fonctionnait bien sur le terrain, même pour photographier des sujets en mouvement rapide ou capturer des images en continu.

Il y a beaucoup de commandes externes sur le FZ300, y compris quatre boutons de fonction personnalisables et un commutateur de mode de mise au point pratique entourant un bouton de verrouillage AF/AE à l'arrière de l'appareil photo. La molette de commande est idéalement située et tourne bien, même s'il peut parfois être difficile de faire des sélections précises.

Le petit capteur a du punch

Utilisant le même capteur MOS haute sensibilité 1/2,3" de 12,1 mégapixels que le FZ200, le FZ300 offre une bonne qualité d'image dans une large gamme de vitesses ISO et de situations. Compte tenu de la petite taille du capteur, je suis heureux que Panasonic ait choisi pour maintenir le nombre de mégapixels relativement bas pour des raisons de qualité d'image.Bien que cela limite votre capacité à recadrer les images du FZ300, son téléobjectif équivalent à 600 mm aide à compenser cette limitation.

Les fichiers JPEG du FZ300 sont nets, bien que cette netteté entraîne quelques artefacts. Autour des détails les plus fins en particulier, les fichiers JPEG provenant directement de l'appareil photo semblent trop accentués. D'un autre côté, les fichiers RAW sortent de l'appareil photo assez ternes, mais ils se traitent facilement. Vous pourrez dans une certaine mesure récupérer les hautes lumières et les ombres lorsque vous travaillez avec des fichiers RAW, mais le FZ300 ne fournit pas la plage dynamique que vous trouveriez avec un appareil photo doté d'un capteur plus grand. Dans l'ensemble, compte tenu de la classe de l'appareil photo, j'ai été impressionné par le capteur et la qualité d'image du FZ300.

Équivalent 200 mm (36,1 mm), f/2,8, 1/500 s, 160 ISO.

100% recadrage du fichier JPEG directement à partir de l'appareil photo. Vous pouvez voir pas mal d'artefacts autour des détails fins dans cette image JPEG. J'ai encerclé une zone particulièrement préoccupante, bien que vous puissiez trouver des artefacts dans d'autres zones de l'image.
Cliquez pour l'image originale.

L'objectif intégré offre un zoom optique 24x et de bonnes performances

L'objectif DC Vario-Elmarit 25-600 mm intégré de marque Leica possède une impressionnante ouverture constante de f/2,8. Cet objectif rapide a une distance focale réelle de 4,5 à 108 mm mais reste un objectif relativement compact, tout bien considéré, grâce à la petite taille du capteur de l'appareil photo. L'objectif a un diaphragme à iris à plusieurs étages et une ouverture minimale de f/8, ce qui, malheureusement, provoque une diffraction considérable.

J'ai été heureux de constater que l'objectif accepte également les filtres à visser de 52 mm. La qualité de fabrication de l'objectif semble assez bonne. Le pare-soleil fait son travail, et le commutateur sur l'objectif pour le zoom et le petit cadran pour la mise au point fonctionnent bien. La bascule de zoom sur l'objectif lui-même fournit des réglages de distance focale plus précis que le commutateur rotatif entourant le déclencheur.

J'ai trouvé le cadran de mise au point quelque peu inhabituel, mais utile une fois que je m'y suis habitué. Plutôt que d'être une bague de mise au point plus traditionnelle, le FZ300 dispose d'un petit cadran sur le corps de l'objectif (environ un demi-pouce de diamètre) que vous faites pivoter avec votre pouce. Sur certains autres appareils photo tout-en-un que j'ai utilisés, la mise au point manuelle a été gérée à l'aide des boutons de navigation à l'arrière de l'appareil photo. Le cadran du FZ300, bien que petit et contrairement aux autres cadrans que j'ai utilisés, permet une mise au point manuelle assez précise.

Avec quatorze éléments dans onze groupes, dont cinq lentilles asphériques, trois lentilles ED et une lentille avec revêtement de surface nano, la lentille intégrée du FZ300 fonctionne bien sur toute la plage de focales. À l'extrémité large de l'objectif, les coins sont un peu mous à f/2,8, mais s'arrêter à f/4,0 atténue cela. Les aberrations chromatiques et les franges violettes ne sont pas un problème particulier à 25 mm. À 600 mm, cependant, il y a des franges violettes modérées lors de la prise de vue à grande ouverture, mais s'arrêter à f/4.0 corrige le problème. À toutes les focales, j'ai trouvé que la diffraction commençait à pointer sa vilaine tête autour de f/5,6. À f/8, l'ensemble du cadre devient sensiblement plus doux, même lors de la visualisation de l'image à des tailles plus petites.

La mesure de l'exposition et de la balance des blancs est bonne

Le FZ300 mesure bien l'exposition et la balance des blancs. Les options de mesure de l'exposition incluent le multiple intelligent, la pondération centrale et le spot. Multiple couvre l'ensemble du cadre et fait un bon travail en fournissant des expositions équilibrées dans des scènes typiques. La mesure spot peut être couplée à un point autofocus, ce qui est très pratique. Dans les situations où une compensation d'exposition est nécessaire, appuyer sur le bouton Fn1 sur le dessus de l'appareil photo permet d'accéder rapidement à la compensation d'exposition, qui est disponible jusqu'à +/-3 arrêts.

De même, la mesure de la balance des blancs était bonne avec le FZ300. J'ai trouvé que la balance des blancs automatique fonctionnait très bien dans presque toutes les situations. Lorsque la balance des blancs automatique ne donne pas les résultats escomptés, ou si vous souhaitez simplement affiner la balance des blancs, appuyez sur le bouton Fn2 sur le dessus de l'appareil photo vous permet de modifier rapidement le réglage de la balance des blancs en utilisant la molette de mise au point sur la lentille.

Autofocus fiable et rapide en basse lumière

Les performances de mise au point automatique sont bonnes avec le FZ300 dans l'ensemble. À des distances focales de téléobjectif inférieures aux extrêmes, la mise au point est très rapide, même en basse lumière, bien qu'elle soit uniquement à détection de contraste. Le FZ300 est conçu pour une mise au point automatique jusqu'à un impressionnant -3 EV. Le nouveau système de mise au point automatique Light Speed ​​AF comprend la technologie Depth from Defocus et Panasonic déclare qu'il est deux fois plus rapide que le système de mise au point automatique du FZ200 avec un taux de rafraîchissement de 240 ips. Les algorithmes de mise au point automatique ont également connu une amélioration, ce qui, selon Panasonic, devrait doubler les performances de mise au point automatique de suivi de l'appareil photo.

D'après mon expérience, les performances de l'AF-S étaient très bonnes. Dans des conditions d'éclairage faible, l'autofocus sautait rarement un battement. Dans les situations difficiles, cependant, comme celles avec de petits sujets ou beaucoup de complexité (comme des branches obstruant un oiseau, par exemple), le FZ300 a quelque peu lutté, en particulier à des distances focales plus longues.

Les performances de mise au point automatique en continu étaient également impressionnantes, en particulier lors de la prise de vue d'images fixes. Cependant, l'autofocus continu peut devenir instable lorsque vous essayez de faire la mise au point sur un petit sujet, car l'appareil photo n'est pas sûr que la mise au point a été effectuée et il a tendance à ne pas très bien se verrouiller sur un sujet dans des conditions difficiles.

Les modes de mise au point automatique incluent la détection du visage/des yeux, le suivi, 49 zones, Multi personnalisé et 1 zone. Il existe également une fonction AF précise qui vous permet de zoomer davantage sur un collimateur AF sélectionné pour affiner la mise au point. L'AF sur toute la zone couvre approximativement la totalité du cadre, ce qui est excellent et vous permet de sélectionner un point de mise au point automatique sur pratiquement toute l'image. L'utilisation du nouvel écran tactile pour la sélection du point de mise au point automatique est beaucoup plus rapide que l'utilisation des commandes physiques de l'appareil photo, je recommande donc d'activer la fonction d'écran tactile.

Lorsque vous souhaitez effectuer une mise au point manuelle, vous pouvez sélectionner « MF » sur le commutateur de mode de mise au point automatique à l'arrière de l'appareil photo (qui comprend les options AFS/AFF, AFC et MF) et ajuster la mise au point avec le petit cadran sur l'objectif lui-même. Il y a une échelle de mise au point en temps réel sur l'écran et l'appareil photo grossit sur la zone sélectionnée de l'image. Contrairement au FZ200, le FZ300 dispose également d'un focus peaking pour aider à obtenir des images nettes mises au point manuellement.

Avec les récentes mises à jour du firmware, le FZ300 a désormais la possibilité de Post Focus. Post Focus vous permet de capturer une série d'images avec différents points focaux, puis de sélectionner votre point de focalisation après la capture. Cela fonctionne en utilisant la photo 4K afin que les images ne soient pas en pleine résolution. La fonctionnalité fonctionne bien, cependant, donc si vous êtes d'accord avec les images 3840 x 2160 (8MP), cela vaut certainement la peine de vérifier.

Des performances ISO élevées décentes, mais une réduction du bruit lourde

Comme c'est souvent le cas avec les appareils photo compacts, la réduction du bruit du FZ300 est agressive et limite l'utilisation des fichiers JPEG capturés à des ISO plus élevés. Cela dit, les performances ISO élevées de l'appareil photo lors de la consultation de fichiers RAW sont assez bonnes.

Lors de l'examen des fichiers RAW, le bruit commence à devenir un problème lors de la visualisation d'images en taille réelle autour de 800 ISO. Ici, beaucoup de bruit de couleur commence à apparaître, mais il est gérable avec seulement une réduction de bruit superficielle. La quantité de bruit à ISO 1600 est un peu plus élevée qu'à ISO 800, mais encore une fois, les résultats après une simple réduction du bruit pendant le post-traitement sont meilleurs que ce que l'appareil photo produit avec ses fichiers JPEG à ISO 1600. Au-delà de ISO 1600, j'ai trouvé le bruit est excessif. ISO 6400, la sensibilité ISO maximale du FZ300, est très bruyante, manque de contraste et manque de détails ou de netteté réels.

Les fichiers JPEG jusqu'à 1600 ISO ont l'air bien (bien que je maintiens que les fichiers RAW traités peuvent avoir une meilleure apparence). À ISO 3200, la réduction du bruit de l'appareil photo va trop loin et donne aux fichiers une apparence très artificielle et en blocs. Les transitions ne sont pas fluides, les détails sont perdus et l'image semble juste médiocre lorsqu'elle est vue en grand. Cela dit, compte tenu du niveau de bruit des fichiers RAW à 6400 ISO, j'ai été surpris de constater que les fichiers JPEG à 6400 ISO semblent corrects à de petites tailles d'affichage malgré la forte réduction du bruit.

Le FZ300 dispose d'un flash intégré avec une bonne portée lors de l'utilisation de l'ISO automatique : 0,3 - 8,8 m à l'extrémité large de l'objectif et 1,0 - 8,8 m aux distances focales du téléobjectif. L'utilisation du flash est aussi simple que de faire glisser le bouton en haut à gauche de l'appareil photo. C'est un bon design qui semble solide. Le FZ300 dispose également d'un sabot, vous pouvez donc attacher un flash externe si vous avez besoin de plus de puissance. L'ouverture constante de f/2,8 contribue à rendre le flash plus puissant qu'il ne l'est réellement, offrant un objectif rapide sur toute la plage de focales. Cela dit, le flash est capable de fournir un éclairage même en cas de lumière ambiante vive. Avec une synchronisation de flash maximale de 1/4000s, le flash intégré du FZ300 fonctionnera également bien à des vitesses d'obturation rapides.

L'utilisation du FZ300 sur le terrain est une expérience agréable

Sur le terrain, le Panasonic FZ300 se comporte bien. Lorsque vous essayez de créer une image, les défauts du boîtier de l'appareil photo apparaissent rapidement. Je pensais que le boîtier de l'appareil photo du FZ300 lui-même fonctionnait bien, la résistance aux intempéries est également un ajout bienvenu. Le nouveau viseur électronique plus grand est vraiment agréable, offrant une image nette même en regardant un sujet en mouvement. Une zone de faiblesse était le système de menu global de l'appareil photo, qui semblait quelque peu déroutant et lent à naviguer.

Le mode de prise de vue entièrement automatique du FZ300 fonctionne assez bien, grâce à des performances de mesure et de mise au point automatique impressionnantes. Tous les modes d'exposition standard sont disponibles sur le sélecteur de mode supérieur, y compris la priorité à l'ouverture, la priorité à la vitesse d'obturation et un mode de prise de vue entièrement manuel. Étant donné l'absence d'une deuxième molette de commande dédiée, vous êtes obligé d'appuyer sur la touche Fn1 pour basculer entre les réglages d'ouverture et de vitesse d'obturation lors de la prise de vue en mode manuel complet. A part ça, j'ai toujours senti que le FZ300 me procurait un contrôle adéquat.

Il existe d'autres modes de prise de vue moins sérieux, tels que les modes panorama, guide de scène et contrôle créatif. Le mode Panorama fonctionne bien, bien qu'il soit préférable d'assembler vos propres panoramas si possible, car le mode Panorama intégré à l'appareil photo enregistre des images d'une hauteur de seulement 1 920 pixels. Les panoramas assemblés manuellement sont donc le seul moyen d'obtenir des images à plus haute résolution.

Le mode guide de scène fournit à l'utilisateur une grande liste de paramètres automatiques parmi lesquels choisir en fonction du type de sujet que vous photographiez. Une touche intéressante, qui s'applique également au mode de contrôle créatif, est que vous pouvez modifier le mode d'affichage des scènes (et des effets créatifs) de normal (un affichage de diaporama), de guide et d'affichage de liste (qui est l'affichage le plus efficace option). Le contrôle créatif donne à l'utilisateur un large choix d'effets spéciaux différents. Lequel de ces filtres et effets fonctionne pour votre propre photographie est une question de préférence personnelle, mais j'ai été ravi de constater que l'appareil photo peut toujours enregistrer des fichiers RAW simultanés dans ce mode, ce qui signifie que vous pouvez toujours revenir en arrière et avoir une image standard pour travailler avec plus tard.

Une autre grande caractéristique du FZ300 est sa stabilisation d'image exceptionnelle. À 25 mm, j'ai pu capturer des images nettes jusqu'à des vitesses d'obturation de 1/2,5 s. À 600 mm, j'ai pu capturer des images raisonnablement nettes à des vitesses d'obturation aussi lentes que 1/15 s, bien que 1/25 s ait fourni des résultats plus nets.

Prise de vue en rafale rapide et obturateur rapide

Le FZ300 est conçu pour prendre des images JPEG en pleine résolution jusqu'à 12 ips, bien que lors de mes tests, il était en réalité d'environ 11 ips. Mes tests ont montré un tampon d'un peu moins de 80 images. Les résultats individuels peuvent toutefois varier, car votre carte SD peut avoir un impact sur les performances. Néanmoins, le FZ300 est assez rapide lorsqu'il s'agit d'enregistrer des fichiers JPEG.

Les vitesses diminuent légèrement lors de l'enregistrement de fichiers RAW, mais pas de manière significative. Le FZ300 a enregistré des fichiers RAW à environ 10 images par seconde lors de mes tests - ce qui n'est certainement pas mauvais - avec une mémoire tampon de 22 images lors de l'enregistrement en RAW uniquement. Lors de l'enregistrement de fichiers RAW + JPEG, les vitesses restent essentiellement les mêmes tandis que la mémoire tampon a légèrement diminué à 20 images. L'effacement de la rafale RAW + JPEG a pris un peu moins de 25 secondes.

En plus des performances de prise de vue en continu rapide, le FZ300 dispose d'un nouveau mode d'obturation électronique qui lui permet de prendre des photos à des vitesses d'obturation allant jusqu'à 1/16000s. En revanche, la vitesse d'obturation du FZ200 était plafonnée à 1/4000s.

La navigation dans les menus et le traitement d'une seule image sont assez rapides dans l'ensemble, bien que certains des effets spéciaux en temps réel puissent considérablement ralentir les performances de la vue en direct de la caméra. De plus, il y a eu trois cas au cours de mes tests où le FZ300 s'est verrouillé de manière aléatoire et m'a forcé à redémarrer la caméra.

Vidéo 4K, photo 4K et plus

En tête d'affiche des fonctionnalités vidéo du FZ300, la capacité d'enregistrer des vidéos 4K, qui était absente du FZ200. En plus de l'enregistrement vidéo 4K, le FZ300 bénéficie également des modes photo 4K de Panasonic.

La vidéo Full HD est présente, permettant une vidéo 1080p jusqu'à 60 ips. La qualité vidéo 1080p est agréable, avec de bonnes performances de mise au point automatique continue et de mesure de l'exposition. Le système de stabilisation optique d'image hybride à cinq axes du FZ300 est entièrement opérationnel lors de l'enregistrement de vidéos 1080p et fonctionne bien, même si la vidéo à main levée est toujours difficile à maintenir stable, même au plus grand angle.

Lors de l'enregistrement de vidéos 4K, la stabilisation d'image sur cinq axes n'est pas disponible, un trépied ou une autre plate-forme est donc nécessaire pour des séquences fluides et stables. La qualité vidéo 4K est assez bonne lors de l'enregistrement avec des réglages ISO inférieurs. À des ISO plus élevés, la réduction du bruit peut devenir excessive et réduire les détails fins que vous désirez d'une vidéo 4K.

Fait intéressant, bien qu'il s'agisse d'un 25-600mm-eq. objectif, vous pouvez réellement zoomer à 648 mm lors de l'enregistrement d'une vidéo 4K. En raison du format d'image 16:9 de la vidéo, la plage de zoom passe à 27-648 mm-eq. pour le mode vidéo 4K ou la vidéo Full HD/HD non stabilisée. Pour la vidéo Full HD/HD avec O.I.S. activée, la plage de focales passe à nouveau à 30-720 mm-eq. car il y a un recadrage d'image supplémentaire pour la stabilisation. Le zoom est assez rapide lorsque vous utilisez le commutateur autour du déclencheur, mais j'ai trouvé que l'utilisation du commutateur sur l'objectif lui-même offrait des performances de zoom plus fluides.

L'enregistrement vidéo peut être démarré dans une variété de modes de prise de vue en appuyant sur le bouton d'enregistrement vidéo dédié sur le dessus de l'appareil photo, mais il existe également un mode vidéo dédié sur le sélecteur de mode. En mode vidéo dédié, vous pouvez choisir entre l'enregistrement automatique, la priorité à la vitesse d'obturation, la priorité à l'ouverture et l'enregistrement vidéo entièrement manuel. Au cours de mes tests, j'ai constaté que le réglage du mode vidéo entièrement automatique faisait du bon travail, bien qu'il soit excellent d'avoir la possibilité de passer entièrement manuellement.

Le mode photo 4K est une fonctionnalité intéressante qui vous permet de capturer une série d'images fixes en résolution 4K jusqu'à 30 ips. Une fonctionnalité vidéo supplémentaire intéressante est un créateur d'animation en stop motion intégré. Il existe différentes options associées à ce mode, notamment la prise de vue automatique à intervalle et le choix de la fréquence d'images et de la qualité de sortie.

J'ai trouvé que les performances vidéo globales du FZ300 étaient assez bonnes. Ses capacités 4K sont un ajout bienvenu et son entrée micro est une belle touche pour le vidéaste plus avancé.

La connectivité sans fil vient à la série FZ

Avec sa nouvelle connectivité Wi-Fi, le FZ300 fonctionne bien avec l'application mobile Panasonic Image Share. Après la connexion à l'appareil photo via les paramètres Wi-Fi de mon appareil iOS, l'application s'est rapidement connectée à l'appareil photo. Une fois connecté, on m'a proposé des options telles que le contrôle à distance de l'appareil photo, le transfert d'images vers mon appareil iOS ou la géolocalisation d'images.

La télécommande offre une grande quantité de contrôle sur l'appareil photo, y compris la modification du style de la photo, de la taille de l'image, de la qualité d'enregistrement, du mode de mesure, etc. Vous pouvez également contrôler le mode de mise au point, la balance des blancs, la compensation d'exposition et l'ISO. En appuyant sur la zone de l'écran d'affichage en direct de l'application, j'ai pu rapidement faire la mise au point et capturer une image. La modification des paramètres de l'appareil photo lui-même, tels que le mode d'exposition, n'a pas déconnecté l'appareil photo, mais n'a nécessité qu'une courte période de chargement sur mon appareil mobile. L'application fonctionne très bien et offre à l'utilisateur beaucoup de contrôle, le tout avec une connexion stable et de bonnes performances de visualisation en direct.

Résumé du test sur le terrain du Panasonic FZ300

Une bonne qualité d'image et un excellent objectif en font un très bon appareil photo bridge

Ce que j'aime:

  • Boîtier de caméra confortable et facile à utiliser
  • Viseur électronique large et net
  • Un objectif intégré solide de 25 à 600 mm avec une ouverture rapide constante de f/2,8
  • Performances de mise au point automatique fiables et rapides
  • Bonnes fonctionnalités 4K
  • Étanchéité aux intempéries

Ce que je n'aime pas :

  • Le système de menus peut être difficile à naviguer
  • La netteté et la réduction du bruit par défaut sont excessives

Pour un peu moins de 500 USD, vous obtenez beaucoup d'appareils photo pour votre argent. With that said, you can find DSLRs for similar money and you can find smaller cameras that provide similar or better image quality, so what makes the FZ300 worth your consideration? The FZ300 is an all-encompassing camera system. Its built-in lens provides more than enough reach for most applications, but doesn't compromise overall quality. Its sensor may be small, but it delivers good images across a decently wide range of ISOs. The Panasonic FZ300 is good at nearly everything that it does.


How many ɿrames per second' can the eye see?

I have done academic courses on cognitive neuroscience at the university of Utrecht (Netherlands). It all depends on the training a person has had. Fighter pilots have been recorded spotting 1/255th of a frame. That's right: 255 frames per second And they could give a rough estimate as to what they've seen.

Edit: seanalltogether took the time to post a source (220 fps and they could identify the aircraft). Edit2: Seeing that my post is the 2nd hit on google when looking for 'max frames per second eye can see', little add-on: This research went looking for the temporal gaps that people could perceive, I'm linking to the result diagram.. The figure about vision is a box-plot. The average population would perceive about 45 frames per second (nice going HFR movies). But on the other hand, you have 25% of the population who will percieve more than 60 frames per second, with extremes going to seeing temporal gaps of up to 2 ms. Which is insane. When I wrote my replies and the first post, I did not know about this research. New conclusion: By far most of the human population (test in USA) will see more than 24 fps, only the extremes will see just the 24 fps or less (we're going towards visualle impaired elderly). More than 50% of the population will benefit greatly from FPS of 45+. Trained fighter pilots can see even more, so training of the brain might just be possible in perceiving a lower threshold of temporal gap.

"Tests with Air force pilots have shown, that they could identify the plane on a flashed picture that was flashed only for 1/220th of a second. That is identifying. So it's pretty safe to say, that recognizing, that SOME light was there is possible with 1/300th of a second."

Judging by the title, I'll operate under the assumption that OP is speaking from a gaming perspective (though this is relevant if not as well).

If you are concerned about the smoothness of motion when an image is displayed on a screen at a given FPS, the rate at which the image moves is very important. Here's a common gif showing a bar moving left to right at the same speed, but different FPS's. If we significantly reduced the speed the bar travels at, the differences between the FPS values would become less apparent. Likewise if we increase the speed, even the 50 FPS bar will begin to appear choppy like the 12.5 fps bar is.

Edit: again, speaking to gaming, having an FPS greater than your screen's refresh rate will not improve visual quality (your screen is now the limiting your FPS, not you CPU/GPU). But it may still improve/smooth inputs to the game since each frame represents a completed cycle of calculations regardless of whether it is displayed.

Technically, the eye itself can "see" a single photon, but that doesn't mean the rest of your nervous system has any response to it. There have been some interesting experiments done on the topic, and this page has some details.

The human eye is very sensitive but can we see a single photon? The answer is that the sensors in the retina can respond to a single photon. However, neural filters only allow a signal to pass to the brain to trigger a conscious response when at least about five to nine arrive within less than 100 ms.

It is possible to test our visual sensitivity by using a very low level light source in a dark room. The experiment was first done successfully by Hecht, Schlaer and Pirenne in 1942. They concluded that the rods can respond to a single photon during scotopic vision.

In their experiment they allowed human subjects to have 30 minutes to get used to the dark. They positioned a controlled light source 20 degrees to the left of the point on which the subject's eyes were fixed, so that the light would fall on the region of the retina with the highest concentration of rods. The light source was a disk that subtended an angle of 10 minutes of arc and emitted a faint flash of 1 millisecond to avoid too much spatial or temporal spreading of the light. The wavelength used was about 510 nm (green light). The subjects were asked to respond "yes" or "no" to say whether or not they thought they had seen a flash. The light was gradually reduced in intensity until the subjects could only guess the answer.

They found that about 90 photons had to enter the eye for a 60% success rate in responding. Since only about 10% of photons arriving at the eye actually reach the retina, this means that about 9 photons were actually required at the receptors. Since the photons would have been spread over about 350 rods, the experimenters were able to conclude statistically that the rods must be responding to single photons, even if the subjects were not able to see such photons when they arrived too infrequently.

References from that page:

Julie Schnapf, "How Photoreceptors Respond to Light", Scientific American, April 1987


Eye Drop Tips

Prescription eye drops for glaucoma help maintain the pressure in your eye at a healthy level and are an important part of the treatment routine for many people.

Always check with your doctor if you are having difficulty.

Rappelles toi:

  • Follow your doctor’s orders.
  • Be sure your doctor knows about any other drugs you may be taking (including over-the-counter items like vitamins, aspirin, and herbal supplements) and about any allergies you may have.
  • Wash your hands before putting in your eye drops.
  • Be careful not to let the tip of the dropper touch any part of your eye.
  • Make sure the dropper stays clean.
  • If you are putting in more than one drop or more than one type of eye drop, wait five minutes before putting the next drop in. This will keep the first drop from being washed out by the second before it has had time to work.
  • Store eye drops and all medicines out of the reach of children.

Steps For Putting In Eye Drops:

  1. Start by tilting your head backward while sitting, standing, or lying down. With your index finger placed on the soft spot just below the lower lid, gently pull down to form a pocket.
  2. Chercher. Squeeze one drop into the pocket in your lower lid. Don't blink, wipe your eye, or touch the tip of the bottle on your eye or face.
  3. Close your eye. Keep closed for three minutes without blinking.

Optionnel: Gently press on the inside corner of your closed eyes with your index finger and thumb for two to three minutes (to keep the drops from draining into your throat and getting into your system).

Blot around your eyes to remove any excess.

If you are still having trouble putting eye drops in, here are some tips that may help:

If Your Hands Are Shaking:

Try approaching your eye from the side so you can rest your hand on your face to help steady your hand.

If shaky hands are still a problem, you might try using a 1 or 2 pound wrist weight (you can get these at any sporting goods store). The extra weight around the wrist of the hand you’re using can decrease mild shaking.

If You Are Having Trouble Getting The Drop Into Your Eye:

Try This. With your head turned to the side or lying on your side, close your eyes. Place a drop in the inner corner of your eyelid (the side closest to the bridge of your nose). By opening your eyes slowly, the drop should fall right into your eye.

If you are still not sure the drop actually got in your eye, put in another drop. Les eyelids can hold only about one drop, so any excess will just run out of the eye. It is better to have excess run out than to not have enough medication in your eye.

Having Trouble Holding Onto The Bottle?

If the eye drop bottle feels too small to hold (in cases where a dropper isn’t used and the drop comes directly from the bottle), try wrapping something (like a paper towel) around the bottle.

You can use anything that will make the bottle wider. This may be helpful in some mild cases of arthritis in the hands.


20/20 Vision

People who do not have 20/20 vision will have a refractive error, which means that light rays are not bending as they should when they pass through the lens of the eye. This causes distortions with how visual stimuli are perceived. According to the National Eye Institute, this is the most common form of vision problem, affecting over 150 million people in America. It explains why so many people need glasses, contact lenses, or other forms of vision correction.

A vision test will measure the amount of bending, providing the doctor with the required information to prescribe appropriate lenses to the patient.


Abbott, N. J., R. Williamson, and L. Maddock (eds). 1995.Cephalopod neurobiology: Neuroscience studies in squid, octopus, and cuttlefish. 2e éd. New York : Oxford University Press.

Ainsworth, C. and M. LePage. 2007. Evolution’s greatest mistakes. Nouveau scientifique 195(2616):36–39.

Ayala, F. J. 2007. Darwin’s gift: To science and religion. Washington, D.C.: Joseph Henry Press.

Ayoub, G. 1996. On the design of the vertebrate retina. Origins and Design 17(1):19–22.

Barash, D. P. and I. A. Barash, 2000. The mammal in the mirror: Understanding our place in the natural world. New York, New York: W. H. Freeman.

Baylor, D. A., T. D. Lamb, and K. W. Yau 1979. Responses of retinal rods to single photons. Journal of Physiology 288: 613–634.

Bergman, J. 2000. Is the inverted human eye a poor design? Journal of the American Scientific Affiliation 52(1):18–30.

Calkins, J. L. 1986. Design in the human eye. Bible-Science Newsletter, March. pp. 1–2.

Dawkins, R. 1986. L'horloger aveugle. New York : W. W. Norton.

Dennett, D. 2005. Show me the science. Le New York Times, August 28.

Diamond J. 1985. Voyage of the overloaded ark. Découvrir 6:82–92.

Dowling, J. E. 1987. The retina: An approachable part of the brain. Cambridge, Massachusetts: The Belknap Press of Harvard University Press.

Edinger, S. 1997. Is there a scientific basis for creationism? The Congressional Quarterly Researcher 7(32):761.

Engbert, R. and R. Kliegl. 2004. Microsaccades keep the eyes’ balance during fixation. Sciences psychologiques 15(6):431–436.

Ferl, R., R. A. Wallace, and G. P. Sanders. 1996. Biology, the realm of life. New York : Harper Collins.

Frymire, P. 2000. Impeaching mere creationism. San Jose, California: Writers Club Press.

Goldsmith, T. 1990. Optimization: Constraint, and history in the evolution of eyes. The Quarterly Review of Biology 65(3):281–322.

Hamilton, H. S. 1985. The retina of the eye—An evolutionary road block. Creation Research Society Quarterly 22(2):59–64.

He, S. and W. L. Davis. 2001. Filling-in at the natural blind spot contributes to binocular rivalry. Vision Research 41(7):835–840.

Hitchens, C. 2007. God is not great: How religion poisons everything. New York: Twelve.

Kolb, H. 2003. How the retina works. Scientifique américain 91(1):28–35.

Jackman, S. L. et al. 2011. A positive feedback synapse from retinal horizontal cells to cone photoreceptors. Biologie PLoS 9(5):e10001057 May.

Land, M. F. and D-E. Nilsson. 2005. Animal eyes. Oxford, New York: Oxford University Press.

Martinez-Conde, S., S. L. Macknik, and D. H. Hubel. 2004. The role of fixational eye movements in visual perception. Nature Reviews Neuroscience 5:229–240.

Martinez-Conde, S., S. L. Macknik, X. G. Troncoso, and T. A. Dyar. 2006. Microsaccades counteract visual fading during fixation. Neurone 49(2):297–305.

Martinez-Conde, S. and S. L. Macknik. 2007. Windows on the World. Scientifique américain 297(2):56–63.

Martínez-Morales, J. R., I. Rodrigo, and P. Bovolenta. 2004. Eye development: A view from the retina pigmented epithelium. BioEssais 26(7):766–777.

Miller, K. R. 1999.Finding Darwin’s God: A scientist’s search for common ground between God and evolution. New York: Cliff Street Books.

Peet, J. H. 1999. Creation in the news: Dawkins blind spot. Origines 26:2–4.

Sarfati, J. 1998. Book review: Ascension du mont improbable. CEN T. J. 12 (1):29–34.

Thwaites, W. 1982. Design, can we see the hand of evolution in the things it has wrought? Dans Proceedings of the 63rd Annual Meeting of the Pacific Division American Association of the Advancement of Science, eds. F. Awbrey and W. Thwaites. vol. 1, part 3, pp. 206–213.

Watson, F. 2004. Stargazer: The life and times of the telescope. Cambridge, Massachusetts: Da Capo Press.

Werblin, F. and B. Roska. 2007. The movies in our eyes: The retina processes information much more than anyone has ever imagined, sending a dozen different movies to the brain. Scientifique américain 296(4):73–79.

Wieland, C. 1996. Seeing back to front. Creation 18(2):38–40.

Williams, G. C. 1992. Natural selection: Domains, levels, and challenges. New York. Presses de l'Université d'Oxford.